À Lausanne, les impôts baisseront bien en 2020

L’invitéGrégoire Junod explique pourquoi et comment sa ville fait figure de bonne élève en matière fiscale.

En 2020 à Lausanne, les impôts baisseront pour tous les contribuables: d’une centaine de francs pour les premiers niveaux d’imposition à environ 800 francs par année pour un couple avec deux enfants et 200 000 francs de revenu imposable. C’est un fait. Incontestable. Ainsi, lorsque le PLR lausannois s’indigne, au début du mois d’octobre, d’une hausse d’impôt déguisée, il fait dans la désinformation fiscale. Tout comme Christophe Reymond, directeur du Centre Patronal, lorsque le 8 octobre dernier, dans ces mêmes colonnes, il affirme à tort que la fiscalité d’une grande majorité des contribuables vaudois augmentera en 2020.

Mais convenons-en, l’affaire est compliquée et nécessite quelques explications. Car plusieurs modifications vont entrer en vigueur en 2020. La première a trait à l’augmentation du coefficient cantonal de 1,5 point. C’est le résultat combiné de la nouvelle stratégie fiscale du Conseil d’État (–1 point) et de la reprise par le Canton du financement des soins à domicile (+2,5 points), négociée avec les Communes pour compenser une partie des pertes auxquelles elles doivent faire face avec la réforme de l’imposition des entreprises. L’accord ne prévoit pas de bascule automatique – ce serait d’ailleurs illégal – mais les Communes se sont engagées, pour autant que leur situation financière le permette, à compenser la hausse des impôts cantonaux.

Second changement, les nouvelles déductions sur les primes LAMal et les frais de garde: 100 millions de baisse d’impôt supplémentaire, dont un tiers à la charge des Communes. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une baisse du coefficient d’impôt mais, au final, on parle bien de la même chose: 100 millions d’impôts en moins pour les caisses publiques et une augmentation équivalente du pouvoir d’achat pour les contribuables vaudois, tous concernés par ces nouvelles déductions. Au total, ces nouvelles déductions font plus que compenser l’augmentation du coefficient cantonal, elles pèsent en effet l’équivalent d’environ 2,5 points d’impôt, 1,5 pour l’État de Vaud et 1 pour les Communes. C’est pourquoi, même dans les villes et villages qui ont décidé de ne pas baisser leur taux d’imposition en 2020, les impôts diminueront néanmoins.

Dans ce contexte, Lausanne fait d’ailleurs plutôt figure de bonne élève. Entre les déductions et la baisse d’un demi-point du coefficient d’impôt, la fiscalité communale diminuera de 8 millions en 2020, faisant plus que compenser l’augmentation des impôts cantonaux.

La Municipalité a procédé à une pesée d’intérêts, veillé au respect des accords passés, et cherché le meilleur équilibre entre les finances communales et le niveau de la fiscalité. Mais ne nous y trompons pas: la baisse des impôts ne saurait tenir lieu d’objectif politique. Pour aider les milieux modestes et les classes moyennes, il sera toujours plus utile d’agir sur les prestations. Pour cela, nous avons surtout besoin d’un impôt juste et redistributif.

30.10.2019 – Source : 24 Heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code